profondeur-drainage-maison

Quelle profondeur pour poser le drainage de sa maison ?

Le drainage périphérique ou extérieur est une alternative intéressante et durable sur le long terme pour contrer les différentes problématiques d’humidité que peut rencontrer une habitation, notamment aux pieds des parois et autres murs.

La démarche est d’ailleurs particulièrement efficace lorsqu’il s’agit d’une construction faite sur un terrain qui se trouve plus ou moins périodiquement plongé dans l’eau, bien qu’elle comprenne également un grand nombre de critères et de règles spécifiques pour être réalisée. Nous aborderons dans ce qui suit les éléments essentiels à considérer dans un drainage, la profondeur conseillée ainsi que les conseils à suivre pour une opération réussie.

Comment faire un bon drainage autour d’une maison ?

La réalisation d’un drainage autour d’une maison peut être exécutée en prévention comme une solution curative à un problème d’accumulation d’eau, spécifiquement dans la partie des fondations ou au niveau des pieds de murs. Cette option vous permet entre autres de lutter contre des complications dans cette section de l’habitation, à l’image de :

  • L’effet de mèche ;
  • Les infiltrations latérales ;
  • La pression hydrostatique légère ;
  • L’humidité intérieure.

Pour un bon drainage périphérique autour d’une maison, il est nécessaire de se munir de tuyaux perforés ou poreux de bonne qualité, qu’il faudra mettre en place en profondeur sur toute la longueur des murs extérieurs. Plus souvent appelés drains dans le domaine, ces tuyaux vont récupérer l’eau et faire en sorte de la rediriger vers une sortie adaptée comme une mare, un épandage ou encore un tout-à-l’égout.

Afin de réaliser un drainage optimal, il faudra également prendre en compte le type de la maison et les propriétés du terrain. Ainsi, ce dernier sera plutôt conseillé dans les nouvelles habitations ou celles en rénovation. Quant aux terrains, il vaut mieux privilégier les sols argileux ou limoneux qui retiennent bien l’humidité.

Retrouvez également notre article sur Comment savoir si ma fosse septique est pleine.

Où positionner un drain ?

En premier lieu, il est utile de préciser qu’il existe deux principaux types de drain, à commencer par les lisses et rigides qui sont utilisés avec des coudes pour courber leur trajectoire. On retrouvera ensuite les drains annelés et flexibles.

Ces derniers se placent généralement au niveau des fondations et des potentiels murs qu’il faudra protéger de l’eau, sachant que plus ceux-ci sont enterrés profondément dans le sol, plus la tranchée à dégager sera importante. Dans ce cadre, pour une tranchée allant jusqu’à 0,50 m, estimez entre 30 et 40 cm de large là où une profondeur de plus d’1 m demandera de dégager de la terre sur 1 m de large, de sorte à descendre jusqu’au fond.

Protections du drain

Il est primordial d’isoler le drain utilisé dans votre drainage de maison par deux protections distinctes afin que ce dernier soit performant. La première concerne le lit de gravier dans lequel sera noyé le drain pour éviter que celui-ci soit directement en contact avec la terre.

Ensuite, le lit de gravier devra être protégé avec un feutre dédié, appelé géotextile, permettant d’éviter les risques de colmatage.

Niveau de raccordement

Comme souligné plus haut, le drain devra être relié à un exutoire de façon à éviter que l’eau ne stagne au niveau de la tranchée, ce qui peut rendre toute l’action du drainage inutile. Cette sortie peut être appliquée via diverses formes, en suivant la structure et la configuration du terrain allant du puisard à l’exutoire naturel. Si nécessaire, l’installation d’une pompe de relevage peut être un complément utile pour évacuer l’eau qui se trouve à l’écart de l’habitation.

Précisions sur les frais que peut impliquer le drainage d’une maison

Le coût d’un drainage autour d’une maison dépend de plusieurs facteurs dont la taille de la construction, les matériaux qui la composent ou encore la main d’œuvre qui s’occupe du chantier. Dans la plupart des cas, on comptera entre 5000 et 15000 euros en frais totaux, ce qui équivaut plus ou moins à environ 300 euros le mètre linéaire. Précisons, dans ce registre, que ce qui va souvent coûter le plus cher reste le terrassement pour la tranchée indiquée de 25 à 60 € le mètre cube ou bien le remblaiement affichant entre 15 et 50 € par mètre cube.

Cas particuliers où le drainage d’une maison n’est pas indiqué

On peut trouver certaines situations où le drainage pourra être déconseillé pour diverses raisons, dont la principale reste la possible création d’une nouvelle circulation d’eau en sous-sol qui ne pourra pas être suivie ou contrôlée. Ce genre de circonstance arrive par exemple lorsque le terrain s’avère trop perméable ou comprend une nappe phréatique à faible profondeur, résultant sur une pression hydrostatique.

L’option ne vous sera pas d’une grande utilité pour gérer les remontées capillaires dont la source est située plus en profondeur. De par son modèle de conception, le drainage périphérique est également difficile à mettre en place autour de maisons jumelées.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.